Chose

il faudra réciter l’oral
dans un délire organisé.

Le redoutable est avancé
pour louer le départ fictif
sans reposer l’affirmation
Je me cache dans un mystère.

Le refrain sera dans le froid
pour améliorer le sujet
il faudra réciter l’oral
dans un délire organisé.

Le temps sera dans un choc franc
la chose est dans ce fauteuil bleu
discrètement je suis assis
je dessinerai ce reproche.

La situation est sans but
éloigné du sol fabuleux
la décoration est tranquille
la logique est dans le sensible.

Le 05 06 2021
Laurent Pasquelin

Photo de Matt Hardy provenant de Pexels

Le plaisir

Un bouquin planté devant moi
Je pense à tout ce cinéma

Le visage est dans le concret
J’aboie dans un concept là
Le désert est dans le partage
Avec une joie médisante

L’air libre est reposant ce soir
Je suis devant cet écran plat
Un bouquin planté devant moi
Je pense à tout ce cinéma

Le captage est dans le format
C’est bien compliqué tout cela
La blessure est dans le contact
Je ne compose pas le jour.

Laurent Pasquelin
Le 03 06 2021

Photo de Jayant Kulkarni provenant de Pexels

Avec

Être défiguré le soir
est un placement difficile

L’autre souplesse est un mystère
l’image fine se désaxe
joyeuse elle est l’option sur terre
le caprice parfois se faxe.

Être défiguré le soir
est un placement difficile
dont l’acte effacé veut savoir
si la contenance est facile.

Assis près du nouvel emblème
le choix est une observation
avec l’idée réduite et blême
navigante face à l’action.

Le final se pose en survie
détruisant l’atrocité grasse
affaiblissant la simple vie
mais la force est dans la carcasse.

Le 29 07 2021
Laurent Pasquelin

Photo de Kammeran Gonzalez-Keola provenant de Pexels

L’intérêt

lorsque la peur s’incline
le réel se dessine.

Le repos s’élimine.

L’instant d’une copine
définition qui s’affine.

La surprise s’incline
brodée avec l’épine
le précis détermine
la façade câline
lorsque l’appel rumine.

Nos refrains prédominent
la vie. Petite mine
joyeusement divine
possibilité divine
lorsque la peur s’incline
le réel se dessine.

Le fabuleux chagrine,
les remords fascinent
les regrets en vitrine.

Le final s’imagine.

Le 25 07 2021
Laurent Pasquelin

Photo de Jan Kroon provenant de Pexels

Le retard

La correction immédiate vibre
Pour saluer le formulaire

La nuit complète se joue là
Vivifiant l’aspect de l’acteur
Le récital est sans éclat
Le rendez-vous est un compteur

Soupçon d’un dégât sans feeling
L’horizon se bat sur le champ
Chaleur discrétion bref casting
Normalité sur tous les plans

La correction immédiate vibre
Pour saluer le formulaire
Quelque part ils s’amusent seuls
Le retard présent est sectaire

Le 23 07 2021
Laurent Pasquelin

Photo de Jan Kroon provenant de Pexels

Le vent

Devenir silencieux implique l’acceptable

La pensée de l’instant propose un autre histoire
L’erreur est supposée acceptant la mémoire
Louchant sur le regard l’affirmation est notoire
Les retours transcendants divaguent sans le croire

Devenir silencieux implique l’acceptable
La soirée s’oubliera avec le vent moqueur
L’instant est indiscret refusant le parcours
Les mots blessants s’en vont loin de l’ami farceur

Notre instant est sans bruit la soirée mord le détour
L’affaire est dominée refusant le destin
La partition se vend évaporée en doute
Pour caler ton désir enivrant le matin

Lorsque l’idée se perd l’ambition nous écoute
Éparpillant le vent au centre du remous
Essuyant les regards lacérés sur la route
Le final est placé soulageant les mauvais coups

Le 22 07 2021
Laurent Pasquelin

Photo:(Source):Photos Pexels gratuites.

Lui

Regardant la journée sans peur
Il propose un vecteur d’errance

Le ciel regarde l’aventure
La ballade se cadre enfin
Le soupçon est en écriture
Défiguré loin du refrain

Le guide est un bon visiteur
Attiré par l’option du silence
Regardant la journée sans peur
Il propose un vecteur d’errance

Son effort travaille sans cesse
Respectant l’envie contrôlable
Il veut améliorer l’adresse
Pour diriger un destin stable

Le contexte positif pense
Être capricieux la nuit
La position est assez dense
Pour effacer la peur sans bruit

Sa cicatrice est un peu floue
Il reste assis près de la gare
Son premier vent calibre tout
Il partira un jour trop tard

Laurent Pasquelin
Le 17 07 2021

Photo:(Source):Photos Pexels gratuites.

Richard Rognet – Crépuscule au bord…

Initialement publié sur BEAUTY WILL SAVE THE WORLD :
Crépuscule au bord des fenêtres, fleurs fidèles, corolles chaleureuses, puis la nuit avec ses légendes, ses miroirs sous l’obscurité, la nuit refermée sur les gestes humains, la nuit paisible – et la gourmandise du silence lorsqu’un chat, avec sa tiédeur, se glisse contre toi pour réparer le…

BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Richard Rognet par Claude Truong NgocCrépuscule au bord
des fenêtres, fleurs
fidèles, corolles
chaleureuses, puis la nuit

avec ses légendes, ses
miroirs sous l’obscurité,
la nuit refermée sur
les gestes humains,

la nuit paisible – et
la gourmandise du silence
lorsqu’un chat, avec
sa tiédeur, se glisse
contre toi pour
réparer le monde.

***

Richard Rognet (né en 1942)Un peu d’ombre sera la réponse (Gallimard, 2009)

Voir l’article original

Actif

Sa raison glisse vers le froid
Ton souvenir est lâche enfin

Formation terrible en hivers
La suggestion est dans le sombre
L’unique précision se perd
Faussement incomprise en nombre

Mon regard s’éloigne vers toi
L’autre est posté devant l’engin
Sa raison glisse vers le froid
Ton souvenir est lâche enfin

Le confort reste raisonnable
Quand tu pleures sous la pluie
Ta douceur est un choc capable
De résister à notre envie.

Le 12 07 2021
Laurent Pasquelin

Photo:(Source):Photos Pexels gratuites.