Perdue

Ces peaux glissent sur moi pénétrant l’interdit
En formatent l’orgueil où les caresses s’en vont
Dans un silence mort dévissant la folie
En résultat gagnant sur les joues sur le front

J’ai le sang étoilé propulsant l’argent sale
Sur l’étagère d’or dominant le respect
Apprendre en suppliant la fortune bancale
Devant l’espièglerie proposant un drapé

Je vais mourir demain le froid est au poteau
Caché par les fruits secs dans un sac en nylon
Assez de désespoir construisons le château
Pour l’avenir détruit portant le pantalon

 

Même le courant d’air s’annonce en sauveur
La mèche est dans l’arrêt nous sommes tous perdant
Laissant gicler la proie devant les prédateurs
Promettant le signal ,situation, cafard.

Laurent Pasquelin
Le 04 06 2018

Publicités

L’affront

Revenir sur le point en fermant l’oreillette
La fumée mord dans l’air je reste somnolent
L’idée remue l’année crispée en devinette
Sur un symbole fort les yeux sont convaincants

Je bouge d’un seul poil pour l’armée sans repos
Je suis caché fermier mon départ est sans bornes
Écoutant le chahut se placer en frigo
Nous sommes les premiers à aimer les licornes

Pour traverser l’instant il faut de la rigueur
La caillasse est dans l’eau avec la peau figée
Sur les résultats sourds dirigeant les vainqueurs
Dans le monde glacée les singes sont piégés

Le repas est finie nous sommes dans la foule
Les vieux se sont perdues moi je danse loyal
Les pourcentages fins ont l’air franc et me saoulent
La crise est dans un an direction le signal.

Laurent Pasquelin
Le 23/04/2018

Le résultat

Le futal déchiré la soutane est au fond
Je plaisante à demi les rires sont cassés
La gueule du matin est dans le sac sans nom
Les refrains sont dans l’air l’image est rapiécée

Je ne reviendrais pas l’allure est dans l’oublie
Le secteur est connu nous sommes dépouillés
Les remords n’ont pas l’œil je suis seul dans mon lit
Le ricanement mord la fleur des joues mouillées

Il faut trouver un sens logiquement capable
De cerner les idées lorsqu’elles dorment tranquilles
Devant le non-retour vivifiant l’air instable
Je suis en garde-à vue le cœur loin de la ville

Où est le point final la virgule douteuse
Contre les murs choqués faut-il danser à mort
Circulant lentement mendiant la peur frileuse
Les mots sont divisés à présent je m’endors

Laurent Pasquelin
Le 22 04 2018

Dureté

Sous le ciel appauvris en clair silence
Les parfums ont coiffé l’âge en outrance
L’air métamorphosé est baladeur
Le visage en éclat est incertain
Ton rire est saupoudré par la tendance
Destruction du talus orné d’amour
Mon langage est sérieux sans but précis
Souvenir d’un éclair sur ton visage

Le 28 05 2018
Laurent Pasquelin

Retrouvaille

L’affreux souffre et s’endort en plaisanterie fine

Les feuillets sont écrits avec de l’amour sombre

Les phénomènes jouent sans pianos sans coquines

Pour accéder plus tard au restaurant de l’ombre

 

L’enfance est en reflet je pars dans un instant

Diluant le trésor en discussion voulue

Je reste libre et grand vivant le sentiment

M’éloignant du savoir en trottoir sur la rue

 

Le rappel est un sac vidons le contenue

Sans mouiller le surplus je récite la nuit

Prés de ces ligaments pleurant le récit lue

Je suis le proprio d’un espoir qui s’enfuit

 

Les mots n’ont pas de liens ils s’évadent souvent

Les poètes ont faim la nuit sans le soleil

La mort n’est pas en or je récite le ciel blanc

Quatre fois sur le banc la démarche est sans miel

 

Mon sang n’est que liqueur déguisé en printemps

Le préau est dormeur inclinant la nuit sage

Les promesses pourries jalonnent les instants

Traumatisant le sort en blessant le visage.

 

Laurent Pasquelin

Le 09 03 2018

Pour lui

Rien ne s’affiche
Dans ce décors
Puanteur brève
Le détour pleure

Les mots jaillissent
Dans un segment
Le long du jour
Les témoins dansent

Une rencontre
Le désaccord
Les remparts fermes
Le regard saigne

La dictée chante
Je reste là
Les mots s’en vont
La vie s’égare

Le 13 05 2018
Laurent Pasquelin

Libre

Trop d’images
Etre sage
Perdition
Ambition

La lune est dans le cercueil
Droit devant prés du fauteuil

les années sont distribuées
L’offrande est enfin partagée

Décalage
Sans partage
Condition
Destruction

Le 13 05 2018
Laurent Pasquelin