La douceur du film

libre d’accès
pensée
sauvage

quatrième étage

lune endormie réveil sonore

tous les ans le défilé pleure
je passe mes nuits à m’effondrer
ouvrant le lit de nos souvenirs

les particules nettes
choisissent des lieux saints
en courtoisie honnête
en graphique en dessin

la demeure est logique
entourant tes rondeurs
dominées
esthétiques.

Epousant la grandeur
ton souffle puissant
grandissant
mord
le voyageur
d’un passé
lourd.

La vie est stressée

Laurent Pasquelin
Le 10 01 2018

Poème 2
Poésie 958

Publicités

Un jour

Larme blessure
Sans carnaval
Triste fissure 
Type banal

Horaire sourde
Figure douce
Image lourde
Jeunesse pousse

Soif d’urgence
Quotidien clos
Libre présence
Dans un îlot

Retard discret
Se taire enfin
Etre en secret
Vivre sans fin

Dormir en toi
La pluie glacée
N’aimer que toi
Je suis sensé

Le 16 12 2017
Laurent Pasquelin

Poème 1
« Poésie 958 »